logo


Le régime de Vichy.

Débuts de la Résistance dans les Basses Alpes



     Dans le département des Basses-Alpes, qui n'est cependant pas directement placé sous l'autorité de l'occupant, divers foyers potentiels de résistance se dessinent. Avec la mise en place localement de nouveaux camps d'internement pour ceux devenus soudain "indésirables" la méfiance du gouvernement de Vichy envers les citoyens et élus de gauche se précise. Sont révoqués des élus issus généralement du Front Populaire , des employés municipaux et des fonctionnaires. Par exemple le maire d'Oraison, conseiller général, est révoqué à la suite d'une altercation avec le commandant du camp d'internement pour "indésirables" politiques installé dans cette localité. L'esprit de résistance est perceptible aussi chez les Lorrains et les Alsaciens expulsés de chez eux pour refus de leur germanisation, et chez des jeunes Luxembourgeois. Il en est de même chez les recrues des chantiers ruraux en majorité des fonctionnaires révoqués, comme l'instituteur Georges Alziari que nous retrouverons plus tard parmi les responsables de la Résistance. A Manosque et à l'usine de St-Auban apparaissent les premiers tracts clandestins et les graffitis d'inspirations diverses dont le premier est : "Pour que vive la France Vive l'Angleterre".

     En 1941, en vacances à Beauvezer, un jeune hisse un fanion à croix de Lorraine sur le monument aux morts. A Digne la coiffeuse Simone Pellissier, aidée de quelques jeunes, distribue les journaux clandestins du mouvement Combat qui lui parviennent de Marseille.

     En 1942, le 2 mai, elle est arrêtée pour avoir déposé la veille une gerbe au monument aux morts de Digne. En novembre, à l'initiative de Louis Martin-Bret de Manosque, conseiller général révoqué, responsable départemental du mouvement Combat qui ne va pas tarder à se structurer, ont lieu à Digne les premiers attentats: contre la façade du journal collaborateur "L'eclaireur" et celle du service de placement allemand de la main-d'oeuvre pour l'Allemagne. Chez les militaires à Digne, à la suite de la dissolution en novembre de l'armée d'armistice, le commandant Chaumont officier du 20ème B.C.A. recrute pour l'O.R.A., Organisation de Résistance de l'Armée, qui sera l'un des trois mouvements de Résistance importants dans le département.