logo


Le régime de Vichy.

Installation



      Le maréchal Pétain est le chef du Gouvernement depuis le 16 juin 1940. Le lendemain il déclare qu'il faut "cesser le combat". Le 25 juin l'armistice est signé. La France est divisée en deux zones. Une nouvelle constitution est rédigée.  Le 10 juillet le Parlement est réuni à Vichy. Sont présents 666 parlementaires, à l'exception des communistes déchus de leur mandat, arrêtés ou en fuite,  et des parlementaires qui sont à bord du Massilia dans l'espoir de rejoindre Alger.
20 parlementaires s'abstiennent, 8O votent contre l'article unique de la nouvelle constitution de l'Etat français qui garantit les droits du travail, de la famille, de la patrie. Cette constitution ne sera pas ratifiée par les français.
Travail, Famille, Patrie remplacent dorénavant les symboles républicains Liberté, Egalité, Fraternité. La IIIème République a vécu. Pétain va concentrer entre ses mains les pouvoirs législatif et exécutif.
Des mesures autoritaires vont se succéder. Seront bientôt exclus du corps social les étrangers, les communistes, les francs-maçons, les juifs.

Dès juillet 1940, en quelques mois, les hommes du régime de collaboration de Vichy et de la revanche sur 1789 réussissent à transformer en une législation monstrueuse au service d'un appareil de répression le discours ambiant sur le danger communiste, l'influence des juifs et des francs-maçons, l'invasion étrangère, donc sur la nécessaire préservation de la race et la remise en ordre de la société. C'est "l'ordre nouveau" à la française, la "révolution nationale" pronée par le vieux Maréchal.

"Ils inventent des textes d'une qualité technique remarquable, car on trouve toujours des techniciens du Droit pour rédiger les pires lois et de distingués juristes pour les faire appliquer.
Ces textes sont terrifiants par leur mélange de sécheresse administrative et d'obsessions racistes, leur destruction réglementaire de toute liberté individuelle et par leur technocratie amorale... Comment ne pas frémir en songeant à ceux qui froidement écrivirent l'horreur en paragraphes et alinéas ?"

Extraits de l'ouvrage de Dominique Rémy,  Les lois de Vichy (éditions Romillat, Paris 1992).

Quelques exemples: 1940, renforcement de l'internement des français "indésirables - déchéance des francs-maçons - les étrangers : déchéance de la qualité de français - révision des naturalisations - 
                                           1er statut des Juifs
                                  1941, 2ème statut des juifs- internement administratif des "indésirables" (par les préfets) - création des "sections spéciales" auprès des tribunaux militaires et civils pour juger les 
                                            communistes ( condamnations à mort sans appel)
                                  1942, orientation de la main-d'oeuvre, ce qui va conduire à l'instauration du S.T.O., le travail obligatoire dans les usines allemandes des Français de 18 à 50 ans
                                  1943, création de la Milice, dont le chef du gouvernement est le chef......

Dans le département des Basses-Alpes

Dans le département des Basses-Alpes, comme l'écrit dans son ouvrage Jean Garcin "L'Etat français se substitue à la République. C'est la mise au pas, l'enlisement des notables et la déchéance de la presse".
Année 1940 : quelques exemples 
- les trois députés et un sénateur votent les pleins-pouvoirs à Pétain le 10 juillet. Le sénateur Honnorat s'abstient.
- des conseils municipaux de remplacement sont désignés, comme à Digne, Barcelonnette, Château-Arnoux, Forcalquier, Manosque, Sisteron et d'autres. Pendant 4 ans les Français ne voteront plus.
- une employée de commerce d'Oraison est condamnée pour propos défaitistes et un ouvrier de St-Auban pour propos anti-gouvernementaux.
- mise en place de la Légion départementale des Anciens Combattants, "tous derrière le Maréchal" et du groupement départemental des Compagnons de France "pour la santé morale et     
      physique de la jeunesse".
- arrivée à Digne du préfet Dutruch. Préfet ensuite de la Lozère il y sera condamné à mort en octobre 1944 pour trahison et exécuté.
- mise à la retraite d'office de fonctionnaires, notamment les francs-maçons.
- Louis Martin-Bret, déchu de ses mandats d'élu socialiste, est poursuivi pour mauvaise gestion financière des coopératives agricoles.
- camp d'internement du Chaffaut : arrivée massive de "suspects", arrêtés à Marseille à titre préventif avant la venue de Pétain .
- dans la plupart des communes c'est l'émulation :  rues et avenues sont débaptisées pour prendre le nom du Maréchal Pétain.