logo


La Résistance

FEMMES, JEUNES, ÉTRANGERS
Les étrangers



Le gouvernement de Vichy ne va pas tarder à s'attaquer à ce qu'il appelle "l'anti-France" : les juifs, les communistes, les francs-maçons, les étrangers dont la naturalisation est remise en cause.
Qui sont ces étrangers ?

Il y a ceux qui sont venus pour raison économique, chassés de leurs pays par la misère : italiens, espagnols, polonais. Immigration très utile après la seconde guerre mondiale pour aider à la relève économique de la France. Il y a aussi ceux qui fuient les régimes de dictature et les pogroms des pays d'Europe centrale et orientale et aussi l'Italie de Mussolini, l'Espagne de Franco, les pays du III° Reich sous l'emprise du nazisme.

Ayant choisi de venir vivre en France "le pays des droits de l'homme" on ne s'étonne pas de les trouver nombreux dans la Résistance - France libre et Résistance intérieure - comme par exemple le russe Boris Vildé, (fusillé) à la tête du mouvement du Musée de l'Homme, créé en1940. A Toulouse le polonais Marcel Langer (guillotiné) et à Paris l'arménien Manouchian (fusillé) tous deux FTP-MOI, le tchèque Arthur London, etc...

Dans le département des Basses-Alpes


Dans le département des Basses-Alpes les étrangers sont également nombreux dans la Résistance. On les trouve dans la plupart des réseaux, les plus nombreux étant chez les FTP. Quelques exemples:
- Espagnols, intégrés dans la population française ou réfugiés de la guerre d'Espagne (Lopez)
- Italiens, naturalisés, nés en France ou déserteurs de l'armée italienne d'occupation (Del Vicario)
- Polonais, par exemple évadés d'un camp d'internement (Zyngerman)
- anglais: en mission (Cammaerts)
- maquisards comme l'arménien Aharounian, l'autrichien Munck, le belge Libbens, le grec Argenti, le hongrois Sweiger, le luxembourgeois Hoffman, le roumain Fang, le russe Nowak, le sarrois Schneider, le yougoslave Beck...